7 jours de road trip dans le nord du Péloponnèse

Le Péloponnèse offre une multitude de plages, de villages, de terres agricoles...c'est un terrain de jeu parfait pour un road-trip d'une semaine ou plus en famille. En route pour Corinthe, Nauplie, Astros, Léonidio, Arkadiko Chorio, Podromu...

1 Canal de Corinthe un point de vue incontournable


Ne passez pas à côté de cette prouesse technique qui fait du Péloponnèse une île. Ce canal est un projet imaginé et rêvé pendant des siècles. Il permet aux bateaux d’emprunter un isthme artificiel qui fait le lien entre le Golfe de Corinthe et le Golfe Saronique.

Nous avons eu la chance d’y voir passer un bateau. Ce n’était pas un paquebot mais voir ce bateau emprunter le canal est un spectacle impressionnant.

Nous avons été sur le pont piéton qui se trouve presque à mi-chemin sur le canal. Autant prévenir, l’endroit est loin d'être charmant mais il offre un point de vue incomparable pour admirer l’ouvrage.


Petit plus, ne manquez pas le pont submersible qui reste une petite curiosité. Le principe est que celui-ci s’enfonce dans l’eau à l'approche d’un bateau

Nous avions repéré la Ferme de Petros pour sa proposition de visite et de cuisine avec son épouse.

C’est une belle exploitation arboricole qui offre à ses visiteurs de comprendre et découvrir la culture des orangers. Petros et Panagiota sont des hôtes particulièrement attentionnés, joyeux et patients avec les enfants.

L’ensemble de l’exploitation est en agriculture bio et c’est une fierté pour notre hôte. Il nous a longuement expliqué ce choix. La qualité de ses produits est top. Pour avoir pu en goûter plus d'une, je peux vous dire que ses oranges sont magiques !

Nous avons cueilli, partagé des recettes, fait courir les poules, beaucoup ri et dégusté tout au long de la découverte...

En fin de journée lors du repas partagé nous nous sommes sentis comme avec des amis.

Si vous êtes tentés par la rencontre n’hésitez pas à contacter Petros !

3 Collecte des olives à Astros

Une chose vous frappe si vous sillonnez la Grèce, elle est plantée d’oliveraies. Partout les paysages sont couverts de ces arbres mythiques. Athéna en aurait fait don à la ville d'Athènes, c’est dire si cet arbre est un marqueur de la vie grecque depuis des siècles. Il façonne les paysages, les hommes et la cuisine.

Nous étions en plein dans la période des cueillettes. L'occasion était trop belle pour que nous ne tentions pas d’aller montrer aux enfants comment une cueillette se déroulait.

Nous avons été très chanceux de rencontrer à la pause du déjeuner un homme et son fils qui ont gentiment accepté de nous montrer et nous expliquer leur travail.

Les enfants étaient aux anges de voir ces machines secouer les branches et faire tomber le précieux fruit. Ils nous ont également raconté que la situation et le cours du coût de l’olive était instable, que celui-ci avait dramatiquement chuté… c’est un dur travail pour un maigre revenu.

Nous garderons de cette rencontre, comme d’autres au milieu des champs, le souvenir de ces agriculteurs laborieux avec parfois des moyens rudimentaires mais prêts à partager leurs connaissances très simplement.

4 Visite de la fromagerie à Agios Ioannis.

Après avoir mangé l’équivalent de 10 Kg de féta (sans exagérer) nous avons eu la chance de visiter une exploitation qui produit du fromage de brebis. La fromagerie n’organise pas vraiment de visite mais grâce à Laurence ils ont accepté de nous ouvrir leur porte. L’ouvrier agricole et le frère du propriétaire travaillaient quand nous sommes arrivés. La production ne se faisait pas ce jour-là, nous avons donc pu rentrer voir quelques pièces du laboratoire, leurs ustensiles, les différentes étapes de la fabrication et la cave d’affinage.

Vous vous en doutez nous avons goûté, plus que de raison… mais ce que les enfants ont adoré, c’est qu’ils ont ouvert les portes des enclos des bêtes… et des agneaux et des chevreaux… c'était la fête aux câlins!

5 Plage et pêche

Nous ne pouvons pas parler du Pélopponèse sans parler de la mer. Covid aidant, nous n’avons pas pu aller aussi loin que nous l’aurions voulu. Malgré tout, on ne compte plus le nombre de baignades et de parties de pêches que nous ferons en famille ou au gré des envies. Eric notre petit poisson, pêcheur à toute heure a été servi par une mer hospitalière et généreuse.

Nous avons eu la chance de pêcher un poulpe, des calamars, des poissons, le tout avec un matériel rudimentaire : un trident et une petite ligne sans canne à pêche.

Sans être fan de pêche, les fonds grecs peuvent offrir de jolis paysages marins. Toute la famille (même maman !!!) a fait de la plongée. Toute la Grèce offre des températures de baignade (et extérieures) très agréables.

6 Site d’escalade de Léonidio

La Mecque de l’escalade dans le Péloponnèse est sans conteste Leonidio. Ce petit village qui se trouve dans la vallée est un repère de grimpeurs de tous horizons. Le village tout entier vit au rythme de ces assaillants des falaises, et autant vous dire qu'à Leonidio, ils sont servi !

Encore une fois, force est de constater que les villages reculés de Grèce sont beaucoup plus peuplés, vivants et entretenus que ceux de France. Les crises ont sans doute aidé les jeunes à trouver des conditions de vie plus agréables.

L’agriculture est encore très présente et sans doute que cela aide aussi à joindre les deux bouts.

Leonidio est un village au coeur d’une vallée et à deux pas de la côte, mais très vite le paysage autour se forme de montagnes, creusées par l’érosion, laissant de nombreux spots à ces ouistitis qui jouent sans cesse à défier les lois de la gravité parfois à la force du bout des doigts.

Nous avons passé un petit moment au creux des twins caves de Leonidio, et nous étions loin d'être seuls ce qui nous a permis d’observer longuement les grimpeurs.

Petit conseil malgré tout, le site est accessible en passant par de longs et glissants pierriers.

Au cœur du Péloponnèse nous avions choisi de partir découvrir des monastères qui se cachent au cœur des montagnes pour plus de quiétude.

C'est ainsi au cœur des montagnes que nous sommes partis pour une petite journée de rando.

Arrivés à la petite église qui domine la vallée, fin de la route. Nous continuons à pied et empruntons un chemin bien entretenu et balisé. Une demi-heure de marche après, nous voilà surpris par le premier monastère construit à flanc de falaise. Nous passons un moment à l'observer d’en bas. Les moines qui y résident sont pour certains très sympathiques et pour d’autres plus austères. La visite de la chapelle et l'accès à un balcon nous sont autorisés.

Les femmes doivent porter une jupe longue : vous en trouverez dès l’entrée du monastère.

Un jeune moine nous a accueillis en nous proposant de boire un verre et un café dans une petite salle où les visiteurs peuvent se reposer quelques instants .

La vue depuis les balcons est saisissante. Il faut oublier que d’en bas une partie de la construction fout les chocottes.

Nous avons poussé jusqu’au deuxième monastère sur le flanc de la montagne opposée, profitant au passage de la rivière pour faire la pause pique-nique.

Le second monastère a une très belle chapelle mais l’édifice, plus typique de la construction d’habitat méditerranéen est moins dépaysant.

Bilan des courses : une belle journée, mais une longue marche avec un dénivelé non négligeable à grand renfort d’escaliers qui n’épargnent pas les cuisses :).

découvre également EN GrECE !